Thèse de Doctorat: 

Lesse Paolo (2016). Gestion et modélisation de la dynamique des parcours de transhumance dans un contexte de variabilités climatiques au Nord-Est du Benin. University of Abomey-Calavi. 299p.

Promoteur: Prof. Marcel R. B. HOUINATO.

 

RESUME:  La transhumance est un système d’élevage qui occupe une place importante dans la sous-région  et au Bénin en particulier. La présente étude a été conduite au Nord–Est du Bénin qui est une zone de prédilection des éleveurs. L’objectif général du travail est de contribuer à une gestion durable des parcours de transhumance au Nord-Est du Bénin. Les parcours naturels ont été caractérisés à partir de relevés linéaires, de coupe rase pour la quantification de la biomasse et des relevés phytosociologiques. Le système d’élevage quant à lui a été étudié suivant l’approche système. La matrice de sensibilité a été utilisée pour mieux appréhender le degré de vulnérabilité des transhumants aux variabilités hydro-climatiques. L’évolution future des extrêmes pluviométriques et thermométriques dans le bassin a été analysée grâce aux données du modèle climatique régional REMO. Le « Land Change Modeler» d’IDRISI Selva a été utilisé pour prédire l’état de l’occupation du sol en 2050. La présente étude a permis de ressortir les contraintes de ce système. Il s’agit des problèmes d’alimentation, de variabilités climatiques, des textes règlementaires, de conflits et de disponibilités des infrastructures pastorales. Au total cent soixante-deux (162) infrastructures pouvant servir d’abreuvement dans la zone d’étude ont été identifiés mais elles sont soit non fonctionnelles, soit mal entretenues. Quatre types de pâturage ayant des productivités variantes entre 3,46 à 5,7 t MS/ha ont été identifiés. Le pâturage à Prosopis africana et Eragrostis atrovirens a montré la plus grande valeur alimentaire au niveau des graminées alors qu’au niveau légumineuses, c’est le pâturage à Piliostigma thonningii et Stylosanthes fruticosa. Douze axes de transhumance tous orientées vers les cours d’eau et les aires protégées ont été répertoriés et cartographiés dans la zone d’étude. Concernant les paramètres démographiques, le taux moyen de croît annuel est de 1,068 ± 0,05 et le taux de production moyen est faible (0,155 ± 0,02). A l’horizon 2050, une évolution très contrastée des régimes pluviométriques dans le Nord-Est du Bénin quel que soit le scénario choisi a été prédit et un réchauffement de 1°C en moyenne est attendu d’ici 2050. Sur la base des probabilités de transition, la modélisation prédictive réalisée sur l’occupation du sol à l’horizon 2050 présage que les savanes arborées et arbustives occuperont 49,89 % de la superficie totale des parcours naturels du Nord Est de la république du Bénin. La variabilité observée se traduit par le retard du démarrage des pluies, la mauvaise répartition et l’arrêt précoce des pluies, les vents violents. L’analyse de la vulnérabilité a permis de remarquer que l’élevage est le plus vulnérable et que les éleveurs craignent plus les sécheresses et les inondations que les baisses de la pluviométrie.